banner

Greece

Sort by
Display per page
View as List Grid

Carnets de garde

L'auteur transpose dans ce roman, sur fond de paysages hellènes, une expérience militaire au pays de ses aïeux. La lumière omniprésente, la beauté des lieux et des paysages, le portrait de quelques êtres marquants et une culture populaire encore vivante contrastent avec la réalité de certains maux caractéristiques de la société grecque, si bien dévoilés, voire parfois forgés, lors du service militaire, tels que l'intolérance, le nationalisme et la corruption. Ainsi, lira-t-on aussi, le cheminement intellectuel de ce jeune homme, au fil des gardes, sur ces sentiers grecs escarpés...
24.70 €

Cavafy Poemes inedits (1882-1923) (edition bilingue)

Δεν έχω σήμερα κεφάλι για δουλειά.- Πλην τούτο, Μέβη, κάλλιο να το πεις που ό, τι κι αν λεν οι άλλοι σοφισταί, εγώ τον παραδέχομαι τον Λάμονα για πρώτο της Συρίας ποιητή.
10.00 €

Ce jour d’hui comme hier et demain

Les poèmes de Ce jour d’hui… et ceux d’Oktàna baignent dans les mêmes eaux effervescentes, nous emportent dans le même jaillissement, la même pulsation perpétuelle. En eux s’épanche et s’épanouit une fois de plus le grand rêve éveillé du poète, son obsession permanente, dionysiaque : la femme, le désir, l’union des corps — mais la sensualité incandescente qui baigne ces poèmes, au-delà de la sexualité, embrasse de façon diffuse toute la création, faune, flore, monde minéral en même temps que l’ensemble des êtres, humains ou supra-humains, nymphes et Amazones, centaures et archanges.
 

Voici de nouveau un livre triomphal, émerveillé, allègre, à la fois solennel et bondissant, où la sensualité imprègne jusqu’au maniement des mots, à l’envoûtement des rythmes, aux jeux de sonorités, aux caresses ou aux frottements des allitérations, au tam-tam des répétitions. Voilà l’un des euphorisants de papier les plus puissants qui soient.

12.00 €

Ce qui reste de la nuit

Paris, 1897. Le poète grec Constantin Cavafy a 33 ans et c'est son frère aîné qui est considéré comme l'artiste de la famille. Il mûrit son oeuvre mais il se sent entravé par sa poésie encore incertaine, le carcan de la rime, son homosexualité refoulée et l'affection tyrannique de sa mère. Trois jours passés à Paris se révèlent être un catalyseur décisif. Prix Méditerranée étranger 2017.
8.90 €

Ceux qu'on aime

Athènes, milieu des années 1940. Récemment libérée de l'occupation allemande, la Grèce fait face à de violentes tensions internes. Confrontée aux injustices qui touchent ses proches, la jeune Themis décide de s'engager auprès des communistes et se révèle prête à tout, même à donner sa vie, au nom de la liberté. Arrêtée et envoyée sur l'île de Makronissos, véritable prison à ciel ouvert, Themis rencontre une autre femme, militante tout comme elle, avec qui elle noue une étroite amitié. Lorsque cette dernière est condamnée à mort, Themis prend une décision qui la hantera pendant des années. Au crépuscule de sa vie, elle lève enfin le voile sur ce passé tourmenté, consciente qu'il faut parfois rouvrir certaines blessures pour guérir... Une passionnante fresque familiale. Jeanne de Ménibus, Elle. Victoria Hislop sait entrechoquer avec fracas l'intime et le collectif. Sophie Pujas, Le Point. Traduit de l'anglais par Alice Delarbre.
8.90 €

Chambre pour une personne

Chaque jour qui passe
je me réduis un peu plus.
Je diminue,je diminue

et ne serai plus bientôt
que le point noir

au bout de ma petite phrase.

8.00 €

Chanson ou poème? Cent chansons grecques (1955-2020)

La chanson ? Les Grecs baignent dedans, en même temps qu’ils baignent dans la poésie. De l’une à l’autre, en fait, on nage dans les mêmes eaux. La frontière entre elles, que certains s’évertuent à délimiter, s’avère encore plus floue là-bas qu’ici. Après les anciens chants populaires et le rebètiko, le Miel des anges poursuit son exploration. De 1955 à 2020, soixante-cinq ans de chanson défilent dans ces pages. Cent chansons ! En fait ce n’est rien. Un site fabuleux, stixoi.info, propose les textes de 120 000 d’entre elles, toutes grecques ! Les critères de notre choix ont été d’abord l’intérêt des paroles, leur charge poétique, mais aussi la popularité de ces chansons : il fallait qu’elles aient été adoptées par les Grecs, qu’elles fassent partie du patrimoine, qu’elles esquissent le portrait d’un pays. Que d’une page à l’autre on sente respirer la Grèce, telle qu’elle a été, telle qu’elle est aujourd’hui, loin du folklore pour touristes et de ses chromos ensoleillés.
12.00 €

Chansons d'Hier


10.00 €

Chants de mort

L'origine de ces chants populaires se perd dans la nuit des temps et dans l'espace. Les plus anciens sont quasi millénaires, les derniers furent composés au XIXème siècle, mais l'ensemble est resté vivant jusqu'à nos jours : si on ne les chante plus, on les connaît encore et leur trace se retrouve dans certains poèmes et certaines fictions d'auteurs contemporains, qu'ils soient ou non grecs : "Le frère mort" - sans doute le plus connu de tous - a servi de trame, dans sa version albanaise, à l'un des plus beaux romans d'Ismaïl Kadaré, "Qui a ramené Doruntine ? " Le présent recueil propose en version française trente neuf de ces chants sur les thèmes de la mort, du passage, des enfers. Traduit du grec et présenté par Michel Volkovitch.
6.30 €

Chasseur caché

Ils vont et viennent, ces poèmes, entre les époques et les lieux, disant la tristesse du passé et du présent, les amours fugaces et leurs blessures éternelles, la province d’autrefois et la grande ville où l’on s’est exilé, ses quartiers populaires, ses banlieues, ses solitudes.
 

Yòrgos Markòpoulos ne fréquente pas les grands de ce monde, mais les humbles, les paumés, les écorchés, qu’il raconte à mi-voix, non sans une extrême tendresse. Il peint l’âme populaire comme personne, simplement, dignement, dans une langue à la fois familière et noble, où les plus pauvres mots retrouvent éclat et fraîcheur. Ses poèmes avancent d’un pas tranquille, un peu somnambulique, à la fois nets et flous, doucement insistants, boitant légèrement, avec des mots répétés comme un ressassement douloureux, un piétinement d’envol impossible, et en même temps comme une caresse.

12.00 €